Une grossesse après une dépression post-partum

Que j'accompagne des femmes dans leur vie personnelle, dans leur maternité ou dans leur vie professionnelle, ce que j'aime vraiment beaucoup c'est l'instant où la lumière reprend sa juste place dans leurs yeux... L'instant où elle décide de s'aimer, se faire confiance, l'instant où elles réalisent et acceptent qu'elles sont merveilleuses dans tout ce qu'elles sont et même dans les parties sombres d'elles et de leur histoire.

Quand on décide d'avoir un 2e enfant après une dépression post-partum, bien souvent la grande peur est de revivre cette descente en enfer qui a demandé tant de difficultés et d'efforts pour remonter à la surface de la vie.

Cette dépression mal reconnue et mal accompagnée, touche 15 à 20 % environ des jeunes mamans. C'est une dépression qui survient après l'accouchement et qui ne doit pas être confondue avec un baby blues qui est lui, le résultat d'une chute hormonale. L'un des signes de cette dépression peut être une difficulté du lien d'attachement entre la mère et l'enfant avec soit une incapacité à s'occuper de lui soit cela est fait mais sans aucun plaisir. C'est ce qu'a vécu Chloé qui a accepté de nous partager son histoire avec la dépression post-partum de sa 1ère grossesse et l'accompagnement de sa 2nde grossesse.

Je me rappelle très bien la 1ère fois que j'ai entendu Chloé partager son sentiment concernant sa maternité, je me souviens que je me suis dit que j'étais fière d'elle et de la confiance qu'elle me témoignait d'arriver à poser ses mots d'une mère que la société nous interdit d'oser dire à haute voix. Il faut énormément de courage pour s'avouer et avouer aux autres qu'on ne sent pas mère, qu'on n'aime pas cela ou bien même qu'on n'aime pas son enfant ... Et quand on a le courage de le dire, il faut qu'en face nous ayons le courage de l'entendre dans la bienveillance et l'accueil.

Quand j'ai entendu Chloé poser ses mots, j'ai entendu surtout sa tristesse, ses colères et ses peurs... Son instinct maternel était là-dessous, elle avait simplement besoin que quelqu'un l'aide à le voir et le ressentir... Je suis heureuse et pleine de gratitude d'avoir été l'une de ces personnes et un immense merci aux filles du cercle du mercredi qui ont accueilli avec moi les mots de Chloé sans jugement et plein d'amour...

Quand vous voyez les photos de sa 2nde grossesse, n'est-elle pas magnifique ?


Chloé, avant de nous raconter ton histoire sur ta maternité, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je suis la maman d'un grand Jules qui va avoir 10ans en janvier et d'une petite Valentina née le 12 août de cette année. J'ai 34 ans, mariée depuis septembre 2019. Dans la vie je suis secrétaire carrosserie. Voilà les grandes lignes de ma vie 😅

dépression post-partum
Crédit photo : Pascal Langianni

Quel est ton parcours avec la maternité ?

J'ai eu un parcours un peu chaotique et catastrophique, une vraie tempête avant de vraiment être sereine. C'était un parcours un peu semé d'embûches.

Un 1er enfant pas voulu et rejeté. Après Jules on m'a annoncé que je ne pouvais plus concevoir naturellement, j'ai pris ça comme une très bonne nouvelle ouffff !!! Je n'aurais pas de 2nd enfant.

Et puis quand j'ai commencé à aller mieux, je me suis mariée avec le papa de Jules et juste après mon mariage, j'apprends que je suis enceinte. Malheureusement son petit cœur s'est arrêté le 17 décembre 2019.

L'année d'après je retombe enceinte en août et le 17 novembre 2020 son cœur s'arrête lui aussi sans raison. 

Le 4 décembre 2021 j'apprends que je suis enceinte et 9 mois plus tard la petite Valentina a pointé le bout de son nez malgré une grossesse pas simple.

Après ton 1er enfant, tu as traversé une dépression post-partum, peux-tu nous en dire plus sur ce qui était là pour toi et comment as-tu pu en sortir ? 

Après la naissance de Jules et même bien avant, pendant ma grossesse dès qu'on m'a annoncé que c'était un garçon, j'ai fait un rejet de cet enfant.

Alors une fois qu'il est né ça a été la descente aux enfers ! En 2013, on ne nous parlait pas de dépression post-partum mais juste d'un petit baby blues qui va passer.

Sauf que ce n'est jamais passé et c'était de pire en pire.

Clairement ce qui m'a permis de m'en sortir c'est ma rencontre avec Emmanuelle.

Merci pour ce week-end temps de pause, merci pour les cercles que j'ai pu faire, merci pour ton accompagnement en tant que doula car sincèrement ça m'a aidé à aller mieux.


Pourquoi avoir voulu l’accompagnement d’une doula, alors que tu as choisi un accouchement en clinique ?

Car clairement j'avais peur de refaire une dépression post-partum, de rejeter encore cette enfant, de ne pas trouver ma place en tant que maman.

J'avais besoin d'une personne bienveillante et présente pour que si je craque, si j'ai un doute ou une peur, que je puisse en parler ouvertement, pouvoir être rassurée.

accompagnement grossesse - doula
Crédit photo : Photographie by Mary

Comment s’est passé ton accompagnement grossesse pour cette 2e grossesse ? 

En un mot : parfait 

A quoi t’as servi l’accompagnement d’une doula ?

A me sentir future mère épanouie, et à la naissance de Valentina, maman comblée et pas stressée, qui s'écoute 

accompagnement grossesse
Crédit photo : Alpha Films

Quels sont les différences avec l’accompagnement d’une sage femme ou du gynécologue ? 

L'accompagnement n'est vraiment pas le même. Avec ma gygy c'est le côté médical, on rentre on fait l'écho, et hop ! Tout va bien, merci aurevoir.

Alors qu'avec une doula, on est vraiment plus sur le côté émotionnel, on prend le temps, elle nous parle sans tabou, des trucs cools et pas cools qui peuvent arriver pendant la grossesse, l'accouchement et une fois l'enfant là.

depression post natal
Crédit photo : Photographie by Mary

Comment s’est passé ton accouchement et quel a été mon rôle avant, pendant et après celui-ci ?

Un vrai accouchement de merde.

Une péri qui n'a pas fonctionné et des sage-femmes pas du tout à l'écoute et très désagréables. Combo parfait pour vivre un accouchement pas de rêve.

Heureusement j'avais le soutien de Manue par téléphone pendant l'accouchement (et mon mari présent).
Son rôle avant l'accouchement à été très important car même si ce n'était pas mon 1er bébé je repartais de zéro.

Elle a pris le temps de m'écouter avec mes tracas de la grossesse, de bien m'expliquer les chamboulements, les moments agréables et désagréables d'un accouchement et surtout préparer à l'après accouchement.

Au moment où le travail a commencé, elle a compté le nombre de contractions, elle est venue marcher avec moi jusqu'à 2h30 du mat 🤣 une balade nocturne il n'y a pas mieux.

De savoir qu'on a une personne sur qui on peut compter h24, 7jours sur 7, c'est rassurant. Et pour l'après accouchement elle a toujours été aussi présente à prendre des nouvelles, me rassurer avoir des messages bienveillants.

On a eu d'autre rdv après la naissance pour voir si j'allais bien physiquement et surtout mentalement.

Aujourd’hui Valentina a (déjà) un mois, comment ça se passe pour toi ? Comment tu te sens dans ton corps, avec ta fille, dans tes émotions ? 

Je crois que je me suis jamais sentie aussi bien. OK c'est dur, ok je suis crevée, ok elle me prend du temps la petite Valentina mais je vis ça sereinement. Je suis apaisée et réconciliée avec la maternité.

Découvrez aussi

S'abonner à la Newsletter

Et restez informée des prochains événements et actualités.
© Copyright 2022 Emmanuelle Guiard-Paulos Coach. Coach développement personnel - Coach en développement spirituel - Coach féminin sacré - Cérémonie de ritualisation - Cérémonie spirituelle - Officiant cérémonie féminin sacré - Coach holistique - Doula - Cérémonie chamanique - Retraite spirituelle - Retraite féminin sacré - Atelier de confiance en soi. Six Fours les plages - Var - PACA - France
crossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram