S'il suffisait d'aimer - Chapitre 1 -

(...) C'est ce soir là, dans cette boite de nuit, que ma vie belle, simple, facile et légère, que mon avenir tout tracé s'est gommé, à l'instant même où tu m'as dit bonjour...


- Chapitre 1 -

Dès les premiers échanges, il y a ce truc, ce truc électrique qu'on ne sait expliquer. Je ne parle pas de coup de foudre, non non, c'est plus audacieux. En fait, je crois que ce jeune homme m'intrigue, il m'attire tout autant qu'il m'insupporte. Il a ce charisme qui le rend sexy tout autant qu'il porte cette arrogance à la "moi je" qui est détestable à mes yeux ! Pourtant, il y a quand même ce "truc" dont je vous parlais, qui fait qu'un jeu s'installe entre nous. Un jeu totalement innocent, inconscient presque pour ma part, un jeu auquel je me prête mais où mon immaturité et mon insolence de "petite fille modèle" me donnent déjà perdante.


Perdante parce que j'ai 17 ans et qu'il en a 5 de plus que moi. Parce que je le trouve fascinant malgré tout. Parce que je pense que cette relation est simplement celle d'une fille avec le pote de son petit copain... Et puis, mon petit copain, je l'aime, c'est aussi peut-être pour ça que je n'ai pas perçu à cet instant le jeu de séduction dans les regards, dans les gestes, ce jeu qui s'installaient petit à petit entre nous, entre moi, la jeune fille naturelle et spontanée, et lui, qui savait sûrement déjà, à ce moment là, où il voulait en venir avec moi...


(NDLR : A l'heure où ces mots sont écrits, "il" a lu le prologue et "il" s'inquiète de ce que va être la suite de cette histoire. "Il" a été rassuré dans le fait que je raconterai mon histoire et non la sienne, Ce qui implique que cette histoire sera racontée avec ma propre perception des choses, et c'est la toute la différence entre "il" et moi. Parce qu'au fil des chapitres, je veux vous raconter cette histoire telle que je l'ai vécue. Avec mes souvenirs, mes émotions et mes filtres et mes analyses. Alors oui, effectivement, "il" et moi, on ne vous raconterai pas la même histoire, notre carte du monde à chacun est si différente et tellement éloignée... Mais ici, c'est mon histoire, je décide d'avoir l'envie et le courage de la raconter, alors lorsqu' "il" m'a demandé si j'allais vous raconter l'anecdote qui suit, je lui ai répondu que oui, j'allais le faire, et vous allez voir par vous-même, qu'il y a un effet un sacré décalage de perceptions...)

L'histoire continue... Ce soir là, mon petit copain fête ses 20 ans, et pour l'occasion, c'est une fête bien arrosée autour de la piscine chez ses parents. Une soirée comme on les aime chez nous, rassemblant nos parents, nos fratries, nos potes... Cette soirée, elle était importante (on n'a pas tous les jours 20 ans), et je l'avais préparée avec sa Maman, dans cette famille où je me sens si bien et à ma place, un peu comme une deuxième famille depuis 4 ans déjà. Ce que je ne sais pas encore, c'est que ce moment là, avec toutes ces personnes importantes pour moi, sera le dernier. D'ailleurs, est-ce qu'on vivrait les choses différemment si on savait, aurais-je changé quoi que ce soit si j'avais su...? Mais jusque là, je n'en savais encore rien de tout ça...


La soirée bat son plein, c'est simple et bon enfant : on boit des téquila paf, on mange des spaghettis carbonara (oui, ne me demandez pas comment mon cerveau se souvient du plat que je mangeais ce soir là, je ne sais pas, mais je suis sûre que c'était ça !), mais apparemment, je ne suis pas encore tout à fait bonne à marier, et je ne sais pas encore gérer une cuisine pour tant de monde car au final, on se retrouve à court de pâtes carbo sans en avoir assez pour tout le monde... C'est donc tout à fait normalement que j'offre mon assiette à Romain (NDLR : pour l'histoire, le prénom a été modifié). De son côté, il y a vu un acte de rapprochement quand pour ma part, je n'y voyais qu'un signe de politesse. Plus tard dans la soirée, on décide de faire une photo souvenir entre potes de ce bon moment que l'on partage. On se sert tous sur la balancelle mais soyons honnête, la place manque, alors on s'entasse les uns sur les autres... Je me retrouve donc assise sur les genoux de Romain, avec mon petit copain assis sur moi, un bel empilage d'ados et de jeunes adultes ! Mais cette photo qui était simplement faite sur l'instant pour créer un souvenir, ancrer le moment et se le rappeler plus tard, deviendra avec le temps, la preuve que "j'ai séduis" ce soir là, j'ai cherché... Mais en attendant, la fête continue à coup de tequila, je profite de la soirée comme de n'importe quelle autre, après tout, je suis la petite copine de ce jeune homme de 20 ans, depuis 4 ans j'évolue avec lui dans son groupe d'amis garçons sans qu'il n'y ai aucun sous-entendu, je suis la petite amie de leur pote donc tout est fluide et sans problème, c'est donc naturellement que j'entends profiter de la même manière avec ce nouveau pote, Romain... Et la soirée se termine.


Avec le temps, je prends conscience d'une chose, quelques jours auparavant, ce n'est pas l'anniversaire de mon petit copain que j'ai organisé mais celui de mon meilleur pote. Notre chemin d'amoureux est terminé, les sentiments ne sont plus ceux qui nous liaient au début de notre histoire, c'est pourquoi je prends la décision de mettre fin à notre relation, celle qui m'a faite grandir, qui a construit mon adolescence et m'a accompagnée durant ces quatre années. Il pleure, je pleure, nous pleurons... Mais parfois, il faut savoir prendre des décisions qu'on sait être les bonnes, et qui pourtant, sur l'instant, provoque une grande souffrance en nous au moment présent...

Cependant, vous vous doutez bien que l'histoire ne s'arrête pas là... C'est sans compter sur Romain, qui réussi à récupérer mon numéro de téléphone avec pour prétexte de vouloir discuter avec moi, afin de rattraper le coup pour son ami... Alors oui, il a essayé, je vous jure il a essayé... pendant au moins 3 minutes ! En fait, juste le temps d'avoir ma confirmation, d'être persuadé que j'étais sûre de moi et de ma décision, avant de me proposer un rendez-vous ! Honnêtement, je ne sais pas, je ne me souviens plus s'il a lourdement insisté ou pas, si j'ai hésité ou non, je me souviens seulement que je me suis sentie flattée qu'un homme comme lui s'intéresse à une fille comme moi, alors j'ai accepté.

C'est comme ça que le 6 Juin 1998, je me retrouve au village du Castellet avec lui, son meilleur ami et ma super copine du moment. Et d'un coup, on se retrouve seuls. Si vous me demandiez de planter le décor, je pourrais encore vous parler de tout, de nous sur ce mur, de cette vue qui surplombe Cassis et de ma belle Méditerranée... On papote, il me drague mais naïve que je suis, je ne vois rien, rappelons que j'ai passé mon adolescence avec le même gentil et bienveillant garçon, alors évidemment, mon ego est flatté de tant d'attention et je rentre dans son jeu. Après tout, il me plait, il me fascine et m'intrigue, il me fait rire, me fait sentir grande et surtout, me fait sentir femme fatale ! Je me sens belle et forte, et à l'instant où il pose ses lèvres sur les miennes, je ressens en moi que je vis le début de la grande et belle histoire d'amour, que le monde m'appartient, que c'est ça l'amour, celui que nous voulons tous vivre un jour... Ce jour là, je crois, je suis même certaine que je suis la femme la plus chanceuse et la plus merveilleuse de la terre entière...

Et l'histoire commence là...




Les articles précédents :

- Le prologue

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

Menu Rapide 

S'abonner à la newsletter

Emmanuelle Guiard-Paulos - Coach développement personnel - Coach en développement spirituel - Coach féminin sacré - Cérémonie de ritualisation  - Cérémonie spirituelle -

Six Fours - Var - PACA - France 

06 61 02 09 37.          emmanuellegp.coach@gmail.com